Accueil Deep State [Qatar Papers] Tariq Ramadan

[Qatar Papers] Tariq Ramadan

Commentaires fermés
0
132
Ramadan

Les services de renseignements financiers TRACFIN (‘Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins’, organisme du ministère de l’Économie et des Finances, chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme) se sont demandés quels étaient les dirigeants de la branche française des Frères musulmans qui avaient étés financés par le Qatar ?

Un nom est ressorti : Tariq Ramadan.

Le 28 juillet 2017, les comptes bancaires de ce dernier présentent des rapatriements de flux financiers en provenance du Qatar à hauteur de 590 000 euros en lien avec une acquisition immobilière. Deux appartements à Paris 18ème avaient étés achetés pour un montant de 670 000 euros.

Lors de l’enquête de TRACFIN, deux comptes bancaires (Société générale) domiciliés en France, ont étés identifiés.

Au titre de l’année 2017, du 1er janvier 2017 au 5 février 2018, ses comptes présentent 729 910 euros de flux créditeurs et 778 269 euros au débit.

Précédemment le 1er juin 2017, 590 000 euros ont étés versés ainsi que 35 000 euros le 2 octobre 2017 à partir d’un compte bancaire domicilié au Qatar ouvert au nom de Tariq Ramadan qui est alimenté par ses salaires en tant que consultant auprès de Qatar Foundation qui se montent à 35 000 euros mensuels.

Le reste de ses rentrées proviennent de plusieurs maisons d’édition pour 58 768 euros d’organisations internationales ou religieuses (dont la Ligue des musulmans de Suisse) pour 19 000 euros et 6000 euros de l’association Juste Cause (basée à Roubaix).

Qatar Papers, Comment l’émirat finance l’Islam de France et d’Europe, Editions Michel Lafon, 2019.

Cordialement,

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clearlook
Charger d'autres écrits dans Deep State
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Faust ou la vente d’âmes

Tous accro ! Le tout Paris se réduit à un petit monde de drogués. Tout le monde le sait, c…