Accueil Deep State L’Europe est-elle encore crédible ?

L’Europe est-elle encore crédible ?

Commentaires fermés
0
293
Radicalisation

L’Europe n’est plus une source d’espoir

A deux mois des élections européennes, l’Europe est fragilisée par le réveil des peuples, par les multiples scandales, par une montée de la violence et par la prise de conscience d’une radicalisation islamique sans précédent.

29% des français estiment que la construction européenne constitue « une source d’espoir » (contre 61% en 2003). Une Europe jugée « inefficace », dans les domaines de l’immigration, de l’emploi, de la lutte contre le terrorisme ou de l’environnement » (enquête Odoxa-Dentsu consulting).

https://www.francetvinfo.fr/elections/sondages/sondage-l-europe-ne-fait-plus-rever-les-francais-seuls-29-y-voient-une-source-d-espoir_3265559.html

Ce scepticisme illustre le désespoir vis-à-vis des institutions européennes, non vis à vis de l’idée des pères de l’Europe.

Sur tous les sujets, chers aux français, l’Europe se montre impuissante.

Les français dont le sujet de préoccupation n°1 aux élections européennes est l’immigration, suivi du pouvoir d’achat et des impôts (Sondage Harris Interactive effectué les 5 et 6 avril) se sentent de plus en plus trahis par leur gouvernement.

https://www.youtube.com/watch?v=sPfsSbwMRy8

Le contrôle de l’immigration permet de mieux intégrer les populations d’ailleurs et de les rendre utiles à leur patrie d’accueil. Il ne s’agit pas de ne plus accueillir d’immigrés mais de les insérer dans notre socle républicain, et pour cela de veiller à tout risque de radicalisation sur le territoire français.

http://www.fdesouche.com/1188409-elections-europeennes-limmigration-est-le-sujet-de-preoccupation-n1-des-francais-suivi-du-pouvoir-dachat-et-des-impots-sondage-harris-interactive

hqdefault

Le malaise est présent, les contribuables français en ont marre de devoir payer pour l’Aide Médicale d’Etat qui s’est chiffré à près de 900 millions pour l’année 2018 pour la santé des 300 000 étrangers en situation irrégulière, alors que beaucoup de citoyens français n’ont plus de quoi se soigner ou subvenir à leurs besoins. A sa création en 2000 la dépense se chiffrait à près de 200 millions d’euros pour aider près de 75 000 personnes. Un devoir d’humanité envers les personnes en grande détresse est nécessaire certes, mais ce qui est décriée est que cette aide échappe à tout contrôle et est aujourd’hui détourné de son objectif. Il favorise même l’immigration illégale, la multiplication des réseaux mafieux et le trafic de médicaments, ainsi que la dérive des comptes publics, de quoi préoccuper les français.

https://www.contribuables.org/2017/11/laide-medicale-detat-coute-toujours-plus-cher-vous-debourserez-882-millions-deuros-en-2018-pour-la-sante-des-clandestins/

Il demeure encore 40% de français, indifférents, qui trouvent que l’Europe n’est ni une source d’espoir, ni de crainte. Une indifférence qui peut engendrer une abstention massive des suffrages favorisant l’émergence des extrêmes.

Parmi ceux-là, néanmoins, beaucoup redoutent le problème de l’insécurité qui touche la France, l’augmentation ahurissante des cambriolages et des agressions sexuelles ces dernières années. Aussi bien sous Taubira que sous Belloubet, les gouvernements ont étés assez laxistes en matière d’ensauvagement de la société.

 

La politique migratoire

A deux mois des échéances, l’Europe est aujourd’hui fragilisée par l’immigration massive qui submerge le vieux continent en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient et par le silence assourdissant des grands médias qui taisent la complicité des organisations philanthropiques dans le financement de l’arrivée de migrants en Europe (via les ONG qui parcourent les côtes de la Libye pour récupérer les migrants avant les garde-côtes pour les transporter en Europe).

La politique d’accueil des migrants à monter ses limites. Elle qui visait à assimiler les minorités ethniques (dans le cas de la France dans le cadre républicain à condition qu’il n’y est pas de ghettoïsation) montre toute son impuissance non seulement à les accueillir dignement mais en plus à les intégrer.

L’incurie de Frontex (l’agence de surveillance des frontières extérieures de l’UE) est ici illustrée. Il avait déjà été établi que les équipages de bateaux d’ONG, cofinancées par le milliardaire George Soros (on se souvient des accusations du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini à son encontre l’accusant de vouloir submerger l’Europe à des fins de déstabilisation des nations), se comportaient en véritables complices des trafiquants d’êtres humains : en prenant le relais durant la traversée maritime, les ONG favorisent la traversée des migrants en achetant les frais illégaux des passeurs.

https://disobedientmedia.com/2017/03/italian-officials-call-for-investigation-of-george-soros-supported-ngo-migrant-fleet/

https://damocles.co/stop-djihadistes/

C’est au tour du ministre de l’Intérieur français Christophe Castaner d’affirmer que les ONG sont complices des passeurs de migrants (preuves en est les contacts téléphoniques).

Enfin un éclair de lucidité. Il confirme dès lors les propos tenus de Marine Le Pen en juin 2018 (« Derrière le vernis humanitaire, les ONG ont un rôle objectif de complices des mafias de passeurs. La réaction de Salvini est salutaire ») après que l’Aquarius ait secouru en Méditerranée 629 migrants que l’Italie, Malte et la France avaient refusé d’accueillir.

Certes, l’obligation de recevoir est un devoir moral, mais les renvoyer est également un devoir humanitaire au risque de faire monter les extrêmes populistes.

Face au déferlement des émotions au regard des naufragés migrants, il convient de faire acte de responsabilité et réagir tant de raison que de circonspection.

Surtout pas de sensiblerie, car parmi ces migrants se trouve également quelques soldats de l’Etat islamique (à titre d’exemple citons seulement Kasir al-Haddawi, proche d’Abu Bakr al-Baghdadi et ex-émir de l’EI à Deir ez-Zor, arrêté par les turcs après avoir tenté avec trois de ses camarades de se fondre parmi des réfugiés syriens afin de gagner la Grèce).

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Pour-Castaner-certaines-ONG-sont-complices-des-passeurs-1617072

https://francais.rt.com/international/50237-lieutenant-daesh-qui-se-cachait-parmi-refugies-rejoindre-europe-arrete-turquie

Bien évidemment, de tels propos ont étés jugés scandaleux par Fabienne Lassalle, directrice adjointe de l’ONG SOS Méditerranée (« Jamais il n’y a eu la moindre collusion, le moindre appel téléphonique par exemple entre l’ONG SOS Méditerranée et son navire l’Aquarius avec les passeurs et ce que j’en sais, c’est le cas aussi des autres associations de sauvetage. On est face à un discours récurrent qui vise à criminaliser l’action des ONG, sans que jamais cela ne soit démontré. Aucune de ces accusations n’a, à ce jour, trouvé le moindre fondement. Il n’y a pas de preuve et ce n’est pas vrai »).

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/aquarius/les-propos-de-christophe-castaner-sur-les-ong-complices-des-passeurs-en-mediterranee-sont-totalement-scandaleux_3267571.html

 

Les djihadistes du camp d’Al-Hol

Après que le dernier bastion de Daesh est tombé, la présidence Macron n’a rien de mieux à proposer que de dépenser 1 000 000 d’euros sur le dos des contribuables pour aider les djihadistes du camp d’Al-Hol en Syrie.

https://www.ouest-france.fr/monde/syrie/la-france-allouera-une-aide-humanitaire-d-un-million-d-euros-pour-le-camp-syrien-d-al-hol-6289615

A première vue, tout laisse à penser que le geste est fondé sur de bons sentiments.

Sauf que la France n’aide que ce camp qui est EXCLUSIVEMENT réservé aux terroristes de Daesh et à leurs familles. Le gouvernement français a refusé obstinément toutes les demandes d’aides des ONG pour les camps de réfugiés non musulmans (chrétiens et autres minorités) ainsi que les camps de réfugiés musulmans martyrisés par Daesh.

Autrement dit, par cette politique le président français vise simplement, d’une part, à plaire aux Etats islamistes du Golfe (Qatar, Arabie saoudite, etc. qui financent l’islam d’Europe) et à plaire à la Turquie (qui retient moyennant argent et reconnaissance par l’Europe de son régime islamo-fasciste les vagues massives de migrants aux portes de la Grèce) et d’autre part à séduire les jeunes musulmans des cités (de plus en plus contrôlés par l’Etat islamique) afin qu’ils votent pour lui aux Européennes et ailleurs et qu’ils ne manifestent pas.

Erreur de cécité mentale ? Erreur de clairvoyance ? Ou crime d’État ?

 

Les cités de l’Etat Islamique

Cela fait des années que des lanceurs d’alerte (parmi lesquels des démographes, des historiens, des sociologues et des officines de renseignements) sonnent l’alarme en essayant de sensibiliser les européens de la montée de l’islamisation, des dangers identitaires que génère le multiculturalisme et du fait que les quartiers défavorisés sont contaminés de l’idéologie de l’Etat Islamique.

Le Djihad européen, initié en 1995, à des origines embrassant les thèses intégristes du fondateur des Frères musulmans, l’égyptien Hassan Al-Banna (1928), protagoniste d’un islam politique, sont célèbres et commentées.

Pour mener à bien son projet panislamique (consistant à régénérer la oumma qui avait été humiliée sous le joug des nations européennes chrétiennes) il théorisa les bases modernes du djihad.

Ce djihad se construit structurellement sur un renversement de valeurs occidentales (Etat de droit islamique contre l’Etat de droit occidental ; Charia contre Laïcité alors que l’Etat français est fondé sur l’universalisme républicain ; totalitarisme islamique prend lieu et place contre toute démocratie ; violence au nom de dieu constituant une fin en soi pour le djihad tandis que la violence d’un Etat de droit n’est qu’un instrument légitime pour faire appliquer la loi démocratique afin de protéger ses citoyens).

A la liberté sexuelle, l’idéologie djihadiste oppose un carcan moral délétère dominé par la charia d’origine salafiste (inspirant la loi de plusieurs états islamistes).

A la mixité hommes-femmes, l’idéologie djihadiste légitime des relations asymétriques, la tutelle de l’homme sur la femme, et des formes de proxénétisme organisé.

A la revendication de son indépendance, l’idéologie djihadiste la remplace par l’adhésion aux idéaux de la Oumma.

A la suite de la guerre civile de Syrie en 2013, le djihad évolua (« djihad 2.0 » ou « troisième temps du djihad » selon l’expression de Gilles Keppel) sous l’influence théologique du cheikh égyptien Youssef Al-Qaradawi, lui-même adepte d’un islam politique intégral.

Cet être ignoble est l’un de ceux qui ont glorifié le djihad armé des musulmans en Syrie contre les alaouites, assimilées au régime de Bachar Al-Assad. Il est aussi celui qui, dans les années 1960, assura l’expansion de l’idéologie des Frères musulmans au Qatar.

D’après lui, l’islam doit régenter et la vie privé et la vie publique, ce qui est le terreau du totalitarisme. Face aux limites des institutions européennes au sein desquelles vivent les musulmans, il élabora des instruments tant théoriques que pragmatiques afin que ceux-ci puissent concilier leur foi et leur intégration au sein des sociétés laïques, et ainsi infléchir les traditions républicaines sous l’influence de leurs traditions religieuses.

Désormais il y a trois terres d’action, la terre de l’islam (‘dar al-islam’), la terre de la conquête (‘dar al-harb’) et celle du prosélytisme terre de la prédication (‘dar al-daawa’) qu’il élabora en bon stratège de l’islam qui distillerait tous les pays européens où les musulmans sont minoritaires. Conscient du morcellement identitaire des communautés musulmanes, il créa en 1997 le Conseil européen de la fatwa et de la recherche, qui permet le va et vient entre la loi (juridique) islamique et les traditions occidentales. En France, l’UOIF (‘l’Union des organisations islamiques de France’) rebaptisée Musulmans de France et affiliée à la FOIE (‘Fédération des organisations islamiques d’Europe’) porte les idées de ce dernier, inspirées de celles des Frères musulmans.

Ce patriarche de l’islamisme essaima ses idées par la littérature. En effet, ses publications idéologique et religieux font florès dans toutes les bibliothèques islamiques d’Europe. Il influença toute la génération des 15 – 30 ans, issus de tous les milieux sociaux et culturels, y compris les jeunes filles mineures.

Un autre acteur a été identifié par les services de renseignements financiers TRACFIN (‘Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins’, organisme du ministère de l’Économie et des Finances, chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme). Il s’agit de Tariq Ramadan, un des dirigeants de la branche française des Frères musulmans sévissant en France, financé directement par le Qatar et faisant des ravages idéologiques auprès des jeunes musulmans, qui selon Hakim El Karoui, Tarik Ramadan « n’a pas de rival chez les jeunes aujourd’hui » (Quel place pour l’Islam en France ? Le Figaro).

Les financements de la Qatar Charity : Qatar Papers, Comment l’émirat finance l’Islam de France et d’Europe, Editions Michel Lafon, 2019.

http://clearlook.unblog.fr/2019/04/09/qatar-papers-tariq-ramadan/

La crise de sens, le chômage, la paupérisation, la crise identitaire et l’idéologie djihadiste ont permis aux idées des Frères musulmans d’éclore en France, de se propager dans les quartiers défavorisés, et d’engendrer la radicalisation des masses populaires fragilisés.

La France, ayant toujours un train de retard, n’a commencé à parler du phénomène de radicalisation et à en prendre conscience que suite aux événements de 2015 (David Thomson, journaliste et expert du djihadisme, 20 décembre 2016, auteur de Les Revenants). Les médias, le monde académique, les autorités commencèrent à réaliser avec sidération l’ampleur du phénomène, au moment où il était déjà trop tard (David Thomson, David Puaud, Le spectre de la radicalisation, 2018).

En 2016, 60% des répondants à la consultation nationale des élus locaux avouèrent leur ignorance sur le phénomène de la radicalisation des jeunes de France (Sénateurs MM. Jean-Marie Bockel, Luc Carvounas, enregistrés à la présidence du Sénat le 29 mars 2017).

Recrutant dans les quartiers sensibles (« les cités »), devenues de véritables bastions de radicalisation islamiste (Lamotte T., Benslama F., La niche écologique islamo-occidentale, matrice de radicalisation islamiste, Research in psychoanalysis, Journal of Psychoanalytic Studies, 2017), l’idéologie fondamentaliste islamiste influencent fortement les jeunes musulmans ou convertis à l’islam : comme ceux-ci s‘identifient à un idéal blessé par une modernité agressive et une occidentalisation massive, ils se tournent vers les idéaux islamistes qui viennent réparer ce sentiment d’indignité et qui leur promet un retour à l’origine de l’islam et au principe de souveraineté du califat où résiderait la réponse à tous les problèmes (approche émotionnelle anxiogène du discours djihadiste accentué sur un vécu discriminatoire personnel).

Cet embrigadement djihadiste a été l’objet d’une étude approfondie sur la radicalisation des jeunes, effectué par l’anthropologue Dounia Bouzar (deux rapports présentés à la Commission européenne, et repris dans son ouvrage Français radicalisés, l’enquête, Editions de l’Atelier, 2018). L’enquête portant sur 350 djihadistes arrêtés à la frontière démontre un triple embrigadement émotionnel, relationnel (qui suscite l’adhésion du jeune au nouveau groupe) et cognitivo-idéologique (qui suscite l’adhésion à un nouveau mode de pensée qui le structure).

Sa conviction de posséder le « vrai islam » cimente le jeune à son nouveau cercle radicalisé en le faisant basculer d’une démarche personnelle à l’idéologie rigide d’un projet politique totalitaire qui va se traduire en violence.

Toutes ces dernières années de nombreux rapports ont permis d’expliquer le processus qui mène un individu à épouser des points de vue extrêmes, à se radicaliser et à commettre le pire (Saisir les mécanismes de la radicalisation violente : pour une analyse processuelle et biographique des engagements violents, Rapport de recherche pour la mission Droit et Justice, Xavier Crettiez, Romain Sèze, Bilel Ainine, Thomas Lindemann).

L’offre de l’Etat islamique surfe sur la misère sociale qui a marginalisé des jeunes, en situation de déshérence psychologique, sociale et économique, ciblés dans les quartiers et également dans les prisons, centres de radicalisation de délinquants islamistes (Le spectre de la radicalisation, David Puaud, Presses de l’EHESP, 2018).

L’Etat islamique leur propose « ce qu’il y a de mieux aujourd’hui sur le marché de la révolte radicale en matière de narratif, de visibilité médiatique, d’aventure » (Olivier Roy dans sa réponse à Gilles Kepel, 6 avril 2016, l’Obs).

Ce djihadisme tire profit d’une « dynamique salafiste conçue au Moyen-Orient et porteuse d’une rupture en valeurs avec les sociétés européennes » (Gilles Kepel, Bernard Rougier, 15 mars 2016), « prolongation antiimpérialiste » (François Burgat, 23 mars 2016, Des banlieues violentes ou des banlieues violentées, Huffington Post).

Rappelons-nous, en 2010, des islamistes du groupuscule Forsane Alizza (dissout en janvier 2012) ont étés filmés dans le métro parisien arborant des drapeaux de l’Etat islamique en menaçant de le porter à l’Elysée.

De tous ces constats, témoignages, études et rapports, il faut prendre au sérieux la dimension islamiste du terrorisme et de la radicalisation dans les banlieues si on veut espérer l’enrayer.

Une prise de conscience salutaire s’impose, d’autant plus que le phénomène en France s’accentue !

L’Etat islamique ne cesse d’attirer de nouvelles recrues au sein de son organisation terroriste. On estima à près de 1500 le nombre de jeunes français qui sont partis en Syrie et en Irak pour combattre dans les rangs de Daesh (rapport sénatorial d’avril 2015) et entre 15 000 à 25 000 le nombre de jeunes (appartenant à plus de 80 pays) qui rejoignirent les groupes salafistes djihadistes d’Irak, de Syrie et de l’Etat islamique.

https://www.un.org/en/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2014/815&referer=

http://www.un.org/sc/committees/1267/monitoringteam.shtml

On évoque des radicalisations « éclairs » (citons le cas de Foued Mohamed-Aggad, 3ème kamikaze du Bataclan, 23 ans), et les nombreux embrigadements dans la rue par des prédicateurs recruteurs djihadistes (citons pour exemple le témoignage du jeune Omar de Seine-Saint-Denis en 2015 qui a failli être recruté) ou prédateurs recruteurs numériques (à l’image de Rachid Kassim, 29 ans). Mais également les nombreuses vidéos de jeunes de cités (comme ceux de la cité Ozanam à Carcassonne) qui menacent les journalistes et la police de poursuivre des actes terroristes en glorifiant les revendications de Daesh.

En décembre 2016, l’Office européen de police Europol avait lancé l’alarme : l’Etat islamique planifiait de nouveaux attentats sur le sol européen, avec de nouvelles tactiques. En effet, les défaites subies par l’organisation en Irak et en Syrie les a obligé à revoir leurs stratégies. C’est l’apparition du terrorisme low cost. L’Etat islamique recrute des migrants pour faire des attentats en Europe, notamment en France qui est de tous les pays européens, la première cible du djihad.

http://clearlook.unblog.fr/2019/02/08/la-france-pays-daccueil-de-terroristes/

http://clearlook.unblog.fr/2019/02/12/la-gaule-mahometane/

https://www.europe-israel.org/2016/12/selon-europol-letat-islamique-recrute-des-migrants-pour-faire-des-attentats-en-europe-notamment-en-france-et-en-belgique/

https://damocles.co/stop-djihadistes/

Le constat est alarmant ! Et il est mondial.

Le phénomène s’accentue, du 1er janvier 2019 au 9 avril 2019, 631 attaques terroristes ont eu lieu causant la mort de 2656 personnes.

https://storymaps.esri.com

La menace en France s’amplifie dangereusement. Philippe de Villiers, Ivan Rioufol, et plusieurs autres voix s’élèvent pour dénoncer le péril (« La guerre civile est tapie dans les plis du multiculturalisme, de l’immigration de masse et de la francophobie des progressistes », « Les banlieues sont en rage. Elles sont prêtes à en découdre avec la nation détestée », « une guerre civile de basse intensité est déjà là », « Le multiculturalisme est le cheval de Troie de l’islamisme », « La guerre civile qui vient verra s’opposer l’idéologie coranique conquérante aux démocraties occidentales fatiguées », « une dynamique insurrectionnelle qui parcourt la société civile », etc.).

La guerre civile qui vient, d’Ivan Rioufol, publié en mars 2016 aux éditions Pierre-Guillaume de Roux ; Rioufol a beaucoup d’autres sources statistiques pour étayer ses articles et analyses comme le montre ses émissions de fond sur le sujet sur Radio Libertés et Radio Courtoisie.

https://www.youtube.com/watch?v=pcZ1D2u7SNA

https://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-opinantes/ex-libris-ivan-rioufol-la-guerre-civile-qui-vient#nh5

Ce danger qui se profile à l’horizon, qui sévit déjà à l’intérieur de notre pays, avait été prophétisé et le constat est criant : l’Islamisme a pénétré l’Europe, la France et l’Allemagne en premier.

Les gouvernements, pendant des années complices, en prennent conscience, mais trop tard.

Que faire aujourd’hui face à cet islam de France qui gagne du terrain ?

Le nombre de lieux de culte musulman double approximativement tous les dix ans (913 (en 1985), 2034 (en 2005), 4591 (en 2015), 6912 (lieux recensés pour 95 départements mise à jour du 4 février 2019, https://muzulmania.wordpress.com/)

Les écoles coraniques clandestines (dans lesquelles on y enseigne un islam radical) ont explosé, encore récemment on a appris que rien qu’à Marseille on comptait 80 établissements illégaux identifiés.

Islamisme radical : ces écoles qui inquiètent la République : https://youtu.be/D5ICivLVNt0

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/salafisme-une-ecole-clandestine-fermee-a-marseille_2053854.html

https://www.fdesouche.com/1189699-letat-serre-la-vis-aux-ecoles-musulmanes-environ-80-etablissements-clandestins-rien-qua-marseille

Au 25 janvier 2019, on dénombre 217 mosquées, salles de prière et associations salafistes implantées en métropole, identifiées, et on constate que le nombre d’attaques terroristes a plus que doublé dans les pays occidentaux (204 en 2017 contre 96 en 2016) tandis que le nombre de victimes est resté stable (1092 en 2017 contre 1133 en 2016 selon Aon, leader mondial du conseil en gestion des risques et du courtage en assurance et en réassurance).

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-nombre-d-attaques-terroristes-a-double-dans-les-pays-occidentaux-aon-774855.html

Ce risque terroriste ne faiblit pas en dépit de la défaite militaire de Daech flagrante au Levant. Bien au contraire, il s’implante en Europe dans des nœuds salafistes indestructibles alimenté par des puissances islamistes financières comme le Qatar sous l’emprise de l’idéologie wahhabite des Frères musulmans.

D’une part, nos quartiers péri-urbains se sont radicalisés faute d’avenir, instrumentalisés par l’idéologie islamique.
D’autre part, nos prisons sont des foyers privilégiés de ce prosélytisme dont on apprend avec terreur que près de 450 détenus radicalisés sortiront de prison d’ici la fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de « terroristes islamistes » avérés.

« Nous avons à peu près 500 détenus qui sont radicalisés comme terroristes islamistes. Sur ces 500 là, il y en aura une vingtaine cette année qui sortent, et puis à peu près une trentaine l’année prochaine »: 50 détenus condamnés pour « terrorisme ».
(Propos de la ministre de la Justice Nicole Belloubet sur BFM TV)

À cette cinquantaine d’individus s’ajoute des détenus de droit commun qui se sont radicalisés dans les geôles françaises (qualifié ‘d’incubateurs très préoccupant de la menace’ par la ministre de la Justice) qui ne sont que des fabriques de délinquants en puissance. Nos prisons accueillent déjà « 509 individus condamnés ou prévenus pour des faits de terrorisme et 1 157 radicalisés ».

 

Hausse des actes antichrétiens

A tout cela s’ajoute la hausse des actes antichrétiens en 2018 gangrénant les banlieues : plus de 74 % par rapport à 2017 alors que le nombre d’actes antimusulmans est estimé à une centaine recensée (leur plus bas niveau depuis 2010 selon les chiffres du Ministère de l’intérieur au 12 février 2019). Le nombre d’actes antichrétiens recensés s’élève à 1 063 contre 1 038 en 2017 soit 25 actes de plus sur une année, deux de plus par mois.
Au mois de janvier 2019, 18 actes signalés (trois de plus qu’en janvier 2018 soit 20 % d’augmentation dans 7 départements différents). En tête de ces méfaits, viennent les actes de vandalisme et les vols, ainsi que des incendies criminels dans des églises.

https://www.christianophobie.fr/carte/christianophobie-les-chiffres-flous-du-ministere-de-linterieur

Il faut que nos élites l’admettent : l’Occident est attaqué de l’intérieur.

Tous ces conflits issus du Moyen-Orient ont fini par contaminer l’Europe en général et la France en particulier.

Il faut que nos politiques cessent de se réfugier derrière des rapports de think tank désastreux et mensongers, car face à ce regain de la radicalisation, tous les indicateurs sont au rouge.

 

Statistiques de l’Institut Montaigne

Selon les statistiques de l’Institut Montaigne, auprès des musulmans de France, 29% des sondés déclarent que la loi islamique (charia) est première par rapport à la loi de la République, et 46% des sondés (‘majorité silencieuse’) pensent que leur système de valeurs est en adéquation avec la société française.

https://www.institutmontaigne.org/publications/un-islam-francais-est-possible

https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/rapport-un-islam-francais-est_-possible.pdf

https://www.bfmtv.com/societe/islam-francais-un-rapport-accablant-1038242.html

De prime abord, il faut savoir que l’Institut Montaigne est un des deux principaux think tank ultra-libéral de la Cabale en France (appartenant au comte Henry de La Croix de Castries qui a recruté Emmanuel Macron au groupe Bilderberg en 2014, http://clearlook.unblog.fr/2019/03/29/le-deep-state-francais/)

Certes intéressant, ce rapport est bien en deçà de la réalité !

Il estime à moins de 6% des français et des étrangers de culture et de confession musulmane, alors qu’ils représentent au minimum dans les faits 17% de la population française (estimation effectuée sur un échantillon plus large par un chercheur du CNRS après enquête dans des mosquées, répercutée sur Radio Courtoisie). Enfin comme le révèle Eric Zemmour, 50% des jeunes sont des ultras « ce qui révèle un fort potentiel sécessionniste dans la population musulmane en France ».

 

Statistiques ethniques de l’Insee

Depuis 2005, on relate que les français n’ont pas accès aux statistiques ethniques établies de l’Insee (qui recueille les données par pays et nationalité de naissance des parents), et qu’aucun chiffre n’est publié.

La France est le seul pays d’Europe dont les lois postérieures à 2004 interdisent toute étude des appartenances ethniques, religieuses, et culturelles des populations d’origine maghrébines vivants en France.

On explique aux français que la France veut éviter toute forme de stigmatisation de ces populations afin de mieux les intégrer au socle républicain fondé sur la Liberté, l’Egalité et la Fraternité (la Laïcité constituant un des socles de l’intégration républicaine). Du coup, on noie ces populations dans le conformisme français.

Cependant, en février 2017, Michèle Tribalat (démographe spécialisée dans le domaine de l’immigration à l’Ined) créé la polémique en publiant des chiffres de l’Insee.

« C’est une bonne chose que l’Insee ait commencé de publier des données sur les populations d’origine étrangère. Il faudrait maintenant qu’il ait le bon goût de ne pas tout séparer en publiant de temps en temps des données sur les immigrés et, encore plus rarement, en décalé, des données sur les enfants immigrés » confie Michèle Tribalat.

Elles ne sont donc pas si interdites, comme notre ancien président de la République l’expliqua dans sa conférence de presse du 5 février 2015. L’Insee cherche à tout prix à éviter de compromettre sa réputation.

Il ressort de ces données que 13 millions de français c’est à dire 20% de la population soit un français sur cinq est d’origine subsaharienne sur deux générations (immigrés et enfants d’immigrés).

Par rapport à l’année 2011, Michèle Tribalat, décrit une évolution en hausse de 9% en seulement quatre ans ! La population africaine aurait ainsi augmenté de 43% en quatre ans (42% étant originaires du Maghreb et 19% étant d’origine d’Afrique subsaharienne).

Pour la seule année 2017, en Ile-de-France, on recense 44,1% de naissances d’au moins un parent né hors du continent européen.

D’autres données médicales, comme les chiffres du taux de dépistage à la drépanocytose des nouveaux-nés français, une maladie qui ne touche que les populations hors Europe, montre qu’elle s’est implantée durablement sur le territoire, en particulier en Ile-de-France, au regard des chiffres pour la durée 2005 – 2016, et connait depuis une croissance fulgurante.

C4LG7ZXUYAA0qSl

https://www.polemia.com/wp-content/uploads/2018/09/DJuBx2dN.jpg

1609250010390088

https://www.polemia.com/wp-content/uploads/2018/09/1609250010390088.jpg

https://www.polemia.com/drepanocytose-africanisation-france-poursuit/

https://www.lesalonbeige.fr/drepanocytose-et-grand-remplacement-letat-brise-le-thermometre/

https://www.breizh-info.com/2018/05/04/95011/grand-remplacement-immigration-migrants-renaud-camus

https://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_statistiques_sur_l%27immigration_en_France

Cette problématique expliquerait la réalité sous-jacente à l’interdiction des statistiques ethniques car les rares initiés informés de cette réalité évoquent le « Grand Remplacement ».

C’est ainsi que l’on peut comprendre que « les institutions européennes sont persuadées que l’immigration massive est le destin démographique de l’Europe » explique Michèle Tribalat.

Les Yeux grands fermés : L’Immigration en France, Paris, Denoël, mars 2010

Statistiques ethniques, une querelle bien française, L’Artilleur, 2016
http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/statistiques-ethniques-querelle-bien-francaise#.VsiSG0twtLI:

https://reinformation1.wordpress.com/2017/02/16/linsee-recueille-des-donnees-par-nationalite-revelant-au-passage-un-net-regain-de-limmigration-en-france-depuis-1999/

https://fr.novopress.info/203604/linsee-publie-des-statistiques-ethniques-et-elles-sont-effrayantes/

D’autres données de l’Insee concerne les chiffres de l’Etat Civil relatifs aux prénoms musulmans pour les nouveau-nés en France durant ces 50 dernières années indiquent un basculement démographique : un taux national de 18% en 2018 (près de 1 enfant sur 5 selon le sociologue Jérôme Fourquet) contre 6,5% il y a 20 ans en 1997 et 3% en 1965.
En Ile-de-France, en 2016, plus de 32% en région parisienne, soit près d’1 enfant sur 3.

https://img.over-blog-kiwi.com/0/93/15/29/20180215/ob_18b331_b7bd00f8-36fb-4c8f-870c-e4c9297c489e.png

D1YLrb9WwAAAt_B

Nous avons eu accès à d’autres statistiques ‘interdites’, que je mets à votre connaissance :

27,2% des français sont de culture musulmane dont 8,4% sont des musulmans pratiquants et 2,8% sont des intégristes islamistes.

33% des français de moins de 25 ans sont de culture musulmane dont 9,3% sont des musulmans pratiquants et 3% sont des intégristes islamistes.

34% des moins de 25 ans du territoire français (en prenant en compte les immigrés légaux et clandestins, les résidents étrangers) sont de culture musulmane dont 18% sont des musulmans pratiquants et 9,3% sont des intégristes islamistes.

28% de la population française est de culture musulmane (pas forcement pratiquante) et si l’on ajoute les immigrés légaux, clandestins, résidents étrangers, la proportion de personnes de culture musulmane monte à 43% ! Dont 24% sont des musulmans pratiquants et 7,9% sont des intégristes islamistes ! Ces données peuvent sembler largement exagérées, mais ne sont que le reflet existant du fossé péri-urbain et urbain (phénomène de muséification des centres-villes).

Sur l’ensemble de la population habitant en France les islamistes (intégristes hostiles aux français non musulmans, opérationnels et actifs) représentent 25 000 personnes au total fichés au FSPRT pour l’année 2019 (augmentant de mois en mois…ils étaient 20 000 en 2018 et 18 550 en 2016) !

Je cite par principe la source Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Islam_en_France) bien qu’elle soit en deçà de la réalité.

Pour terminer, voici une étude sur la croissance attendue de la population musulmane en Europe d’ici à 2050.

https://blogs.mediapart.fr/sycophante/blog/291217/la-croissance-de-la-population-musulmane-en-europe-dici-2050

Je crois qu’il est temps de dire la vérité aux français : on islamise la France et on la remplace.

Vous n’en croyez pas vos yeux, ils sont voilés !

Cordialement,

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clearlook
Charger d'autres écrits dans Deep State
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Instrumentalisation du terrorisme par le Deep State

Lors de la première réunion des ministres de l’année aux États-Unis, le 2 janvier, Donald …