Accueil Deep State Les chronoviseurs

Les chronoviseurs

Commentaires fermés
0
403
Basiago

Les ‘chronoviseurs’

M. Andrew D. Basiago a révélé qu’enfant, entre 1969 et 1972, il avait participé à la première génération du projet Pegasus (il s’agit d’un programme de voyage dans le temps affilié au programme spatial secret (‘Secret Space Program’ (SSP) du Deep State). Il aurait eu accès à des événements du passé et du futur grâce à un téléporteur baptisé ‘chronoviseur’ reposant sur des principes initiés par les travaux du physicien Tesla et finalement occultés.

Durant l’année 2019, le principe théorique de fonctionnement des ‘chronoviseurs’ vous seront entièrement dévoilés.

M. Basiago relate qu’il s’est téléporté à travers les Etats-Unis via des ‘tunnels d’espace-temps’. Les expériences de téléportation eurent lieu au centre aéronautique Curtiss-Wright à Wood Ridge (New Jersey) et dans le laboratoire national Sandia (Sandia).

Selon ses propos, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) avait de multiples motifs d’impliquer des écoliers américains dans ces nouvelles et dangereuses activités expérimentales.

Tout d’abord, le ministère de la Défense voulait expérimenter les effets psychiques et physiques de la téléportation sur les enfants. Les scientifiques du projet Pegasus avaient constaté que le voyage à travers les lignes du temps affectait les adultes qui devenaient souvent fous, et qui provoquait l’effondrement des champs holographiques créés par les ‘chronoviseurs’.
On espérait qu’en travaillant avec des enfants doués, comme précoces intellectuellement, ils seraient employés plus tard par le gouvernement américain pour constituer une équipe ‘d’adultes chrononautes’ aptes à gérer les problèmes psychologiques résultant de la téléportation, et qu’ils finiraient par servir au cœur d’un programme secret d’espace-temps de la DARPA (parallèle au programme spatial déclaré de la NASA).

Au travers d’une enquête sur le ‘Futur’ entreprise par le projet Pegasus (à partir d’un des chronoviseurs situé à ITT Defence Communications à Nutley), M. Basiago a visité le bâtiment de la Cour suprême des États-Unis à Washington DC, tel qu’il serait en 2013. Il a constaté que le bâtiment de la Cour suprême était sous 100 pieds d’eau stagnante, il le signala par rapport écrit au lieutenant commandant du Bureau de l’Intelligence navale. Il y ajouta qu’étant donné que les ‘chronoviseurs’ n’ont pas identifié de futurs déterministes absolus mais des potentiels alternatifs dans le multivers, cette vision catastrophique de Washington DC pourrait se situer sur une ligne de temps alternative qui pourrait ne pas se matérialiser sur notre ligne de temps actuelle.

Son témoignage corrobore les dires d’autres whistleblowers comme Al Bielek, Preston Nichols, selon lesquels les services DARPA de l’armée américaine développèrent des projets (tenus secrets et sous contrôle du Deep State) sur le voyage dans le temps (initié en 1972).
D’autres chercheurs allèguent avoir travaillé dans différents programmes initiés dès les années 1940 et menés par l’US Navy. Un de ses projets (le projet Rainbow et ses extensions) étant le ‘camouflage électronique’ des navires, contre les radars nazi qui s’est avéré être la première expérience de découverte de la possibilité du voyage dans le temps. Concomitante, du projet Manhattan.

Selon M. Basiago, le voyage dans le temps via des chronoviseurs, pleinement opérationnels, est rendu possible depuis les années 1967. Il affirme qu’en 1981, alors qu’il avait 19 ans, il a également pris part à un autre programme spatial secret (baptisé ‘Mars Jump Room’, MJRP), visant à envoyer des personnes sur Mars. Les deux voyages effectués sur Mars (conduits sous la supervision de son officier en charge de la CIA, M. Courtney Hunt) l’ont étés via une ‘salle de saut’ située dans une des installations de la CIA à El Segundo (Californie).

Dans un ouvrage du 12 décembre 2008, intitulé The Discovery of Life on Mars (‘La découverte de la vie sur Mars’), il apporte des photographies (de Mars Exploration Rover) et une analyse textuelle d’êtres humanoïdes, de créatures extraterrestres et d’espèces animales présents sur Mars, ainsi que des statues sculptées, des structures construites sur Mars ayant des milliers d’années et d’une fosse commune contenant les cadavres d’êtres humains (situé à l’ouest du plateau de Home Plate dans le bassin du fleuve Columbia du cratère Gusev) suggérant des cas d’enrégimentation. Ce papier est le premier ouvrage à prouver que Mars abritait non seulement la vie dans les temps anciens, mais que c’est une planète habitée aujourd’hui par la vie.

https://exopolitics.blogs.com/files/mars—andrew-d.-basiago—the-discovery-of-life-on-mars—12-12-08.pdf

https://www.projectpegasus.net/docs/research_papers/Project-Pegasus-Web-Bot-Andrew-D-Basiago-is-predicted-Planetary-Whistleblower-11-9-09.pdf

M. Basiago cite les recherches du Dr Thomas Van Flandern (astronome en chef de la marine américaine) qui avait publié des photos montrant des arbres sur Mars et qui avait conclu à des restes d’anciennes forêts fossilisés. Pour quelques photos étayant des preuves d’une végétation martienne se reporter à mon article :

http://clearlook.unblog.fr/2019/02/28/de-la-vie-sur-mars/

Cet astronome est aussi connu pour avoir étudié des visages sur Mars (Cydonia, et autres), il en a déduit qu’il s’agissait de structures construites par une civilisation qui se serait éteinte il y a 3,2 millions d’années, au moment où la vie commençait à se développer sur la Terre.

Selon M. Basiago, la civilisation martienne a été affectée par une catastrophe survenue dans le système solaire en 9500 avant J.-C., suite à l’explosion de la supernova Vela, cet épisode aurait été enregistré dans la mémoire de la civilisation terrienne et consignée au travers du déluge dont parle la plupart de nos Traditions.

https://apod.nasa.gov/apod/ap190110.html

Note complémentaire : Après cette catastrophe, les êtres humains vivant sur Mars auraient pris refuge sur Terre en Antarctique. Leur nombre aurait été d’un million de martiens humanoïdes.

L’implication de M. Basiago alors enfant dans des programmes secrets portants sur le voyage dans l’espace-temps, ainsi que l’identité de Courtney Hunt ont été confirmés par le Dr Jean Marie Arrigo, un éthicien qui travaille en étroite collaboration avec l’armée américaine et les agences de renseignement mais aussi par le capitaine de l’armée américaine Garcia Ernest.

Aux yeux du Deep State, M. Basiago les as trahi. Ses déclarations étayées, montrent que la NASA a dissimulé, depuis sa création, les preuves évidentes de la vie qui existe sur Mars. Ce qui est contraire à la mission que l’agence spatiale américaine s’est donnée et établie par le Congrès américain (Loi NASA de 1958), qui était de « favoriser l’expansion de la connaissance humaine de l’espace ».

Selon M. Basiago qui est avocat dans l’État de Washington, d’un point de vue juridique, les preuves que Mars soit habitée sont suffisantes pour convaincre un jury aux Etats-Unis et modifier la directive politique traditionnelle du gouvernement américain qui consiste à nier l’existence extraterrestre, établie par le Groupe Robertson de la CIA de 1952 à 1953, suffisantes également pour établir un protectorat de Mars sous mandat de l’ONU, il en appelle à une « citoyenneté cosmique » et à un « grand débat terrestre ». Le scepticisme régnant basé sur la peur du changement doit laisser la place au courage d’affronter la vérité.

Les annales du Projet Pegasus : https://www.projectpegasus.net/the_annals_of_project_pegasus

Article du 8 octobre 2018 : https://www.facebook.com/sieg.heartdwellers.1/posts/175910096623301
Documentaire de 15 minutes :

 

L’allocution présidentielle du 19 novembre 1863 d’Abraham Lincoln’

Basiago

M. Basiago révèle qu’en 1972 dans le New Jersey, à l’âge de 9 ans, son père qui est un des créateurs du ‘chronoviseur’ , l’a téléporté en 1863 sur les lieux de la bataille de Gettysburg (où s’est produit un des pires massacre de la guerre de sécession), ce qui lui aurait permis d’être témoin du discours d’Abraham Lincoln lors de l’inauguration du cimetière national en hommage aux victimes (Cimetière Militaire de Gettysburg en Pennsylvanie). On le voit sur la photo ci-jointe (non recadrée et à peu près aussi usée qu’une photo prise en 1863). Or chose curieuse depuis que M. Basiago à commencé à révéler l’existence des téléporteurs, cette photographie a aujourd’hui été retirée et censurée, alors qu’initialement le scan du négatif de la plaque de verre d’origine se trouvait à la bibliothèque du Congrès en 1952. C’est pour dire l’acuité de cette photographie, historique ! Qui prouve l’existence des téléporteurs !

Pour des raisons de sécurité (peur qu’un sudiste mette une arme dans l’appareil photo et tire à travers l’objectif par ex.), les seuls photographes autorisés par le Secret Service (crée par Lincoln) devaient se trouver en dehors de la foule (à distance de sécurité). Cette photographie (disponible en qualité supérieure, nettoyée et recadrée sur le site loc.gov) fût prise par Mathew Brady sur le stand du locuteur à Gettysburg le jour de sa consécration en tant que cimetière national.

NARA, Rare Photo of Lincoln at Gettysburg : http://www.loc.gov/pictures/collection/cwp/item/2012647713/).

On doit la découverte de cette photographie à Josephine Cobb (chef de la section des photographies fixes aux Archives nationales, 1952). L’authenticité de cette photographie ne laisse aucun doute ! Son importance est d’autant plus spectaculaire puisqu’il s’agit de la seule photographie d’Abraham Lincoln à Gettysburg (Archives du chef des transmissions, 111-B-4975), où il a prononcé son célèbre discours sur l’Union (de dix phrases en deux minutes) considéré comme l’un des deux plus importants de l’histoire américaine (avec celui de Georges Washington proclamant la naissance des Etats-Unis en 1774). C’est dans ce discours qu’il annonce l’abolition de l’esclavage, l’égalité des droits des noirs avec les blancs, et qu’il introduit les fondements des Etats-Unis modernes.

https://prologue.blogs.archives.gov/2010/11/19/rare-photo-of-lincoln-at-gettysburg/

Cette photographie est extraordinaire car l’une des plus précieuses des américains !

Des grossissements de la zone arrière montrent Abraham Lincoln (tenant son chapeau haut de forme dans les mains) accompagné d’élus du congrès (identifiables à leur écharpes) et de quelques ministres.

Cette photographie unique montre également le fils de Lincoln, lequel se trouve aux côtés du père de Basiago (à droite de Lincoln) !

Lincoln
Au centre de la photographie, Basiago (identifiable aux chaussures trop grandes pour lui en vêtement d’époque « Union ugle boy »), qui restera au cœur de la foule durant 44 minutes, avant d’être téléporté à nouveau en 1972.

Agrandissement

La photographie du jeune Basiago que je vous ai agrandie montre quelque chose de surprenant, son squelette est visible ainsi que sa mâchoire (tout comme une radiographie contemporaine) ! C’est très exactement ce qu’on obtiendrait si le sujet était en train de se dématérialiser au moment de la prise photographique. Car le processus de téléportation repose sur une striction ou contraction de d’espace-temps par une augmentation des fréquences atomiques jusqu’à ce que le sujet devienne luminescent puis transparent avant de disparaître.

Le principe de fonctionnement de la téléportation :

http://clearlook.unblog.fr/2019/02/20/le-principe-de-fonctionnement-de-la-teleportation/

Tout n’a pas été divulgué sur cette simple photographie. Et déjà tant de révélations ne peuvent que vous laisser abasourdi.

Au passage, sachez bien que le président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, est parfaitement au fait de ces informations, dignes d’être partagés avec vous !

A présent, le rideau de l’ignorance se lève enfin !

Cordialement

(article publié et diffusé le 1er février 2019)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clearlook
Charger d'autres écrits dans Deep State
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Pour qui sonne le glas !

Pour qui sonne le glas ! « La France, mes chers compatriotes, je l’aime passionnémen…