Accueil Deep State L’oeil de Munich et les racines occultes du nazisme

L’oeil de Munich et les racines occultes du nazisme

Commentaires fermés
1
672
Soleil Noir

L’oeil de Munich et les racines occultes du nazisme

Avant-propos

Il ne s’agit pas dans cet article d’évoquer les racines ésotériques du nazisme, c’est-à-dire l’ensemble des croyances mystiques des nazi empreints de racisme germanique, mais plutôt d’expliciter les liens de causalité entre les mouvements occultes du début du 20ème siècle et l’émergence du nazisme à partir de 1933 afin de comprendre les dessous du programme spatial secret des nazis et comprendre comment celui-ci s’articule dans un agenda secret menant l’homme à sa perte.

On sait que le nazisme puise ses racines dans le calamiteux Traité de Versailles (1919) exerçant un pouvoir de fascination sur le peuple allemand d’avant guerre qui, en ruinant l’Allemagne, attise le désir de vengeance de ce pays acculé. Mais ce que peu d’entre nous connaissons est que cette émergence a pour racines occultes un ensemble de confréries ésotériques qui essaimèrent dans le pays distillant leurs idéologies.

Des cercles de pouvoir.

Les historiens nous apprennent que la ‘Thule Gesellschaft’ ou ‘confrérie de Thulé’, fut créé le 17 août 1918 par le baron Heinrich von Sebottendorf à l’âge de 43 ans.

Adam Alfred Rudolf Glauer (1875-1946), de son vrai nom, est né au sein d’une famille ouvrière le 9 novembre 1875. Avant le déclenchement de la grande guerre, le baron Siegmund von Sebottendorff, alors âgé de plus de 70 ans, l’adopta. Ce dernier fût un franc-maçon de haut rang majeur (24ème degré).

Après avoir séjourné dans différents pays, en tant que marin-mineur dans l’armée turque, c’est en Turquie qu’il acquiert une première initiation à la Franc-Maçonnerie et se convertit à l’Islam. Selon le journaliste et critique littéraire français Jean Mabire, il fréquente les cercles Rose-Croix européens ou les cercles maçonniques de hauts gradés apparentés au symbolisme rosicrucien (il véhiculait en Turquie de nombreuses légendes rosicruciennes et autres allégories alchimiques).

Secrets

A cette époque, dans les années 1910, il se présente comme « frère musulman » (maçon) ou « initié rosicrucien » et se montre déjà bien versé dans l’astrologie et les sciences occultes.

Il exerce la profession d’astrologue à Berlin en 1913, qu’il quitte pour Bad Aibling en 1916 pour adhérer, sous le truchement de son avocat Georg Gaubatz, en 1917, au Germanenorden, l’Ordre des Germains.

Cet Ordre fut créé en 1912 au congrès de Thalé, rassemblant une fédération d’associations pangermanistes et racistes visant à établir une franc-maçonnerie germanique. Chaque groupement de cet Ordre, apparemment indépendant les uns des autres et même opposées, obéissait à un centre unique.

Son cercle intérieur, le Geheimbund, fût créé en 1914, et son grand maître était Erwin von Heimerdinger. Chaque loge de l’Ordre recevait un nom symbolique en référence aux traditions odinistes : parmi les loges odinistes, dans le centre de l’Allemagne se sont les Goden, en l’honneur des anciens prêtres germains Godis, dans l’ouest se sont les Scaldes, bardes scandinaves, à l’est, se sont les Walsungen.

Le Germanenorden est la création visible d’une structure plus puissante et bien plus étendue, agissant dans l’ombre des nations depuis le 6 décembre 1896.

Les 13 grands maîtres de la Fraternité de la lumière (‘Bruder des Lichts’), crée le 6 juin 1896, dirigent le multimillenaire ‘comité des 300′ rebaptisé DHVSS (‘Die Herren Von der Schwarzen Sonne’) le 6 décembre 1896. Cet Ordre des chevaliers du Soleil Noir est aux cœur des forces du mal des lignées hybrides (‘fraternité du serpent’) qui dirigent la Terre.
Les 300 membres du DHVSS nomment ce dernier ‘Olympus’ (l’Olympe) dont le siège principal est à Aix-la-Chapelle. Leurs membres, tous membres des aristocraties mondiales, se nomment entre eux ‘olympians’ (en anglais), ‘olympiaders’ (en allemand) et ‘olympiens’ (en francais). Ils sont l’état-major du 4ème Reich qui dirige le Nouvel Ordre Mondial.

http://clearlook.unblog.fr/2019/12/09/les-racines-du-mal/

Un an plus tard, Sebottendorff chevalier du DHVSS, fonde le 1er janvier 1918 la Loge bavaroise de l’Ordre des Germains qui deviendra la Société de Thulé le 18 août 1918. Thulé étant l’ancien nom de la Scandinavie dans l’Antiquité.

Les sociétés maçonniques de degré inférieur (du 1er au 33ème) ou de degrés supérieures Illuminati (du 34ème au 66ème degré) s’inspirent des structures occultes de la fraternité du serpent.

La demarche suivie par les Illuminati ressemble sensiblement à celles suivies par le DHVSS. En effet, toutes les deux s’articulaient en cercles concentriques dans lesquels les différents degrés étaient intégrés, chacun étant déconnecté des autres, et unis seulement à certains niveaux supérieurs.

De l’un de ces cercles émergera le NSDAP.

Soleil Noir

Bien que la grande guerre avait rendu difficile les activités de l’Ordre des Germains, un climat de violence et de guerre civile y régna. Malgré tout, la loge bavaroise se développa grâce à la personnalité magnétique de Sebottendorff, et sa loge connu alors un certain succès. En effet, utilisant des procédés de recrutement dont les sectes Rose-Croix s’inspirèrent, il proposa toute une panoplie de marchandise spirituelle. Les idéaux portés par Thulé étaient essentiellement de sauvegarder le sang aryen tant des juifs que des francs-maçons dont ils se méfiaient.

C’est à cette époque qu’il croise Adolf Hitler pour la première fois, qu’il initiera à l’Islam.

Hitler, séduit par la personnalité de Sebottendorff, confiera plus tard qu’une fois la guerre gagnée, après avoir exterminer tous les juifs, il imposerait l’islam à tous les peuples du Reich millénaire.

Parmi les membres des premières réunions, sont présents Walter Nauhauss (qui suggère l’appelation Thulé), Georg Gaubatz, Johannes Hering, Wilhelm Rohmeder, qui se vouent à une certaine activité publique. Rudolf Hess, Alfred Rosenberg et Darré, qui deviendront plus tard des hauts dignitaires du Reich, étaient également membres de la loge Thulé.

Thulé compte une centaine de membres, pour la plupart issus de la bonne société munichoise (Alfred Wahl, L’Allemagne de 1918 à 1945, A. Colin, 1999).

Les réunions suivantes se font à l’hôtel des Quatre Saisons.

Le ‘secret’ de cette loge n’est pas tant dans sa doctrine que dans sa stratégie. Comme le système d’administration de Thulé est calqué sur celui de la Société Théosophique d’Helène Blavatsky, le nouveau venu doit faire un séjour dans un cercle de probation appelé ‘Cercle d’amitié’. Toute nouvelle recrue n’a aucune préparation spéciale a réaliser. Initialement, il ne lui ai pas demandé autre chose que d’être fidèle à la tradition germanique, d’être de lignée ‘pure’ sur trois générations ainsi que présenter une photographie que Sebottendorff examinera pour déceler ou non dans les traits du visage des traces de sang étranger. Une fois accepté, les formalités d’affiliation validés, le novice reçoit l’emblème de l’Ordre et acquiert le grade de Frère. L’emblème de l’Ordre est une épée placée devant une roue solaire et deux feuilles de chêne se superposant à ces deux symboles.

thule Geisellshaft

L’ideologie de l’Ordre de Thulé était calquée sur les idées racistes de Guido von List (1848-1919) dont la théorie de la ‘race Aryenne pure’ était inspirée des ouvrages théosophiques de Blavatsky.

La doctrine finira par s’imposer en Allemagne par Adolf Lanz, plus connu comme Jörg Lanz von Liebenfels (1874-1954).

Tout en étant membre du DHVSS et de Thulé, sa mission consistait à instaurer une dictature socialiste ‘militaro-financière’ en Allemagne.
Liebenfels crée pour cela le 24 février 1920 à Munich, avec Anton Drexler et Dietrich Eckart, le NSDAP (‘National Sozialistische Deutsche Arbeiter Partei’), le parti national socialiste des travailleurs allemands dont Thulé finance les prémices du parti ouvrier allemand, le DAP.

Un autre membre important de Thulé est Friedrich Krohn qui en mai 1919 crée le drapeau nazi rouge et noir avec son symbole sataniste occulte, la croix gammée nazie, une représentation dextrogyre noire du svastika.

La Société Thulé et l’Ordre des Germains recouraient déjà au symbole du svastika, indifféremment de son sens de giration.

S’inspirant des écritures runiques auquel était friand l’Ordre des Germains, la symbolique des quatre branches évoque les puissances des quatre éléments. Chaque branche est tournée dans le sens dextrogyre, symbole de la mort, de la destruction et du chaos. En magie noire, la svastika noire représente Saturne (le Soleil Noir) dont la rotation active les vibrations. En tant qu’emblème du nazisme, on l’inclina à 45° sur un disque blanc, position moins fréquente que dans les svastikas indiennes. En terme héraldique, il ne s’agit pas à proprement parler d’une croix, comme les svastika d’origine, mais d’un ‘sautoir gammé’ (Nicholas Goodrick-Clark, Les racines occultes du nazisme : les sectes secrètes aryennes et leur influence sur l’idéologie nazie, Camion noir, 2010).

Swatiska

La croix gammée fut dès lors adoptée par le NSDAP alors qu’il n’était encore que le Parti des travailleurs allemands pour devenir dès 1920 son emblème officiel (sa première utilisation publique fût le 20 mai 1920 par le DAP).
Pour Hitler dans Mein Kampf, le blanc représente le nationalisme, le rouge le socialisme et la croix gammée la race aryenne.
Mais en magie noire, ils désignent les couleurs de Lucifer : le rouge désigne son aspect masculin, le blanc désigne son aspect féminin et le noir désigne l’Obscurité, le lieu où il trône.

 

La Vril Gesellschaft.

Le cercle intérieur constituant le noyau de la Société de Thulé composé des initiés de grade supérieur est un mystère pour de nombreux historiens. Celui-ci n’est autre que la ‘Vril Gesellschaft’ ou ‘Confrérie du Vril’ dont l’emblème était l’éclair runique.

Éclair du Vril

Ce premier cercle sera céée en 1920 par un des dirigeants de la confrérie de Thulé, le général de brigade et universitaire autrichien Karl Haushofer. Contrairement à la légende, non seulement il était bien membre du cercle intérieur de Thulé mais également son fondateur.

La confrérie du Vril était en charge de l’ensemble du programme d’armes secrètes de l’Allemagne. Armes secrètes utilisant la physique interdite à l’humanité non-hybride mais réservée à la seule ‘Fraternité du serpent’ pilotée par le DHVSS.

Seuls treize membres dirigeaient ce premier cercle du Vril, s’appelant entre eux ‘Vrilannen’. Parmis eux, Karl Haushofer (de 1920 à 1936) et Heinrich Himmler (de 1936 à 1943) assuraient la direction générale, économique et politique, de tous les programmes d’armement de la ‘Vril Gesellschaft’. Les onze autres furent Hans Kammler, Otto Schwab, Emil Mazuw, Heinrich Gartner, Edward Richtofen, Friedrich Krohn, Rolf Engel, W. Schumann, Walter Gerlach, Pascual Jordan et Karl Von Unruh.

Le SS-Gruppenführer Hans Kammler fût le coordinateur technique de l’ensemble des projets du Vril. Il supervisait la production et la coordination de tous les programmes d’armes de vengeance (‘vergeltungswaffen’) du Reich : les armes de vengeance V1 (bombe volante), V2 (fusée d’artillerie) et V3 (canon à longue portée) de la SS. Ces armes de vengeance de type V n’ont aucun rapport avec les armes secrètes développées par la ‘Vril Gesellschaft’.

Le SS-Gruppenführer Otto Schwab, adjoint de Kammler, dirigeait l’Amtsgruppe VIII (ou ‘Amt VIII-FEP’), le département de l’armement de la SS (‘Sturm Staffel’).

Le programme d’armes secrètes spatiales de la Société du Vril.

K. Haushoffer

 

Recherches et espionnage.

Le premier programme de recherche de la ‘Vril Gesellschaft’ concernait la maîtrise de l’antigravité et mis en oeuvre du 13 avril 1922 au 4 novembre 1924 dans un hangar de Berlin appartenant à l’ingénieur Pascual Jordan assisté par ses collègues Rolf Engel et Ludwig Maxis. Ce premier programme fût financé par la Loge de Thulé.

Les principes physiques utilisés par le Vril étaient fondés sur l’antigravité et sur la physique des plasmas haute fréquence en rotation.

Les nazis avaient recours à plusieurs théories distinctes qui leur permirent de comprendre empiriquement les lois physiques sous-jacentes de l’antigravité.

Dès 1909, les Allemands espionnèrent de près les travaux de Nikola Tesla. Les recherches du physicien Schumann de l’Université technique de Munich, nazi et père de la météorologie moderne, en charge de la supervision du programme des soucoupes nazies, lui permirent de les mathématiser.

Winfried Otto Schumann

Une « flotte noire » de sept prototypes antigravitationnels.

Se basant sur une bonne compréhension de ces lois, la première machine volante nazie,
électromécanique, en forme de soucoupe à propulsion antigravitationnelle, fût construite en juillet 1924 à Berlin. Son nom RFZ 1 ou ‘Rundflugzeug 1′ (‘machine volante circulaire n° 1′)

Plus tard, au sein de la division E-IV SS, le projet de construction d’une flotte de vaisseaux antigravitationnels nazis, dirigé par Winfried Otto Schumann, assisté de Edward Richtofen, Rolf Engel, Pascual Jordan et Karl Von Unruh, vit le jour à partir de mai 1938.

La division E-IV est une unité technique spéciale créé en 1937 au sein de la SS à l’initiative de Himmler et de Kammler pour le compte du Vril. Afin de s’assurer le secret absolu du financement des recherches de la section, elle fût rattachée à la branche des solides solubles qui menait depuis 1935 des recherches sur de nouveaux carburants synthétiques pour la SS sous le nom de Groupe 935 (‘Gruppen 935′).

Le deuxième prototype RFZ 2 ‘Jaeger’, électromécanique, fit ses premiers vols fin 1941 à Peenemunde. Le Jaeger était capable d’atteindre 950 km/h et 254 km d’altitude.

Les RFZ 2, RFZ 3 et RFZ 4 survolèrent Peenemunde et le Groënland entre 1941 à 1944.

Le RFZ 5 ‘Odin’ marqua une nouvelle génération. Cette fois électromagnétique, il fût testé à Peenemunde fin 1944, où il réalisa trois vols spatiaux de deux heures en orbite terrestre (273 km d’altitude et 28 000 km/h). Son moteur comprenait deux tornades de mercure tournant en rotation inverse l’une de l’autre pour annuler la masse et l’inertie du proto. Ce moteur était une copie simplifiée du moteur d’un ovni capturé intact à 32 km de Freibourg, en Forêt Noire, le 27 septembre 1936.

Le prototype RFZ 6 ‘Kugelblitz’, électromagnétique, fût réalisé à Peenemunde fin 1944. Ses vols et ses performances lui permirent d’atteindre 380 km d’altitude et 46 000 km/h.

Tous ces prototypes secrets furent déplacés dans une base secrète du quatrième reich au Brésil entre les mois de février et avril 1945. En effet, consciente dès 1943 qu’Hitler perdrait la guerre, la SS prépara les structures du quatrième reich en Amérique Latine jusqu’en 1949, puis en Europe et aux États-Unis ensuite.

Le dernier prototype réalisée par le Vril fût le RFZ 7 ‘Geist’. Il survola le Brésil en 1948.

Les prétendus vaisseaux  »Vril Haunebu » et  »Vril Androméda » n’ont jamais existé. Ils sont une invention de néo-nazis des années 1980 destinées à détourner l’attention des véritables programmes spatiaux du quatrième reich.

Il en est de même de la légende d’une prêtresse nazie, Maria Orsic, qui aurait reçu par télépathie les plans de vaisseaux  »vril » extraterrestres d’une planète dans le système d’Aldebaran dans la constellation du Taureau située a 64 années-lumière de la terre.

Le programme de développement de secoupes antigravitationnelles de l’Allemagne nazie et leurs efforts pour les militariser ayant bénéficié d’une quelconque aide extraterrestre est également une invention.

 

Des dizaines de générateurs d’énergie libre.

Le deuxième programme de recherche de la ‘Vril Gesellschaft’ concernait la maîtrise de l’énergie libre. Il fut mis en oeuvre de 1922 à 1936 à Kolberg par Hans Coler, assisté de Karl Von Unruh, de Modersohn et de l’ingénieur Franz Haid de la société Siemens-Schukert.

Son financement était assuré par le Dr. Franz Modersohn jusqu’en 1936 puis par la division E-IV de recherches avancées de la SS jusqu’en 1949.

Le premier modèle de Coler en 1925, baptisé ‘Magnetstromapparat’ (‘appareil à flux magnétique’) utilisait la ‘résonance de Schumann’ des ondes stationaires existant entre le sol et l’ionosphère pour en extraire gratuitement l’énergie électrique, tout comme le faisait le générateur de Tesla de 1900.

L’usine Coler Gmbh vit le jour en 1927. Elle permit la fabrication secrète de dizaines de générateurs d’énergie libre d’un nouveau modèle pour la section E-IV entre 1941 et 1944.

Ce nouveau modèle, plus puissant, baptisé ‘Stromzeuger’ (‘générateur de flux’), délivrait un courant de 6 kW sous 24 volts. Il équipa tous les prototypes de soucoupes volantes nazies de 1941 à 1949 pour fournir l’énergie de démarrage du moteur antigravitationnel des soucoupes nazies.

Un ‘Stromzeuger’ fut capturé par les services secrets britanniques en 1945 et fonctionna sans interruption de juillet 1945 à octobre 1947 dans les laboratoires du MI6 de Londres.

Les références à un certain moteur du type « tachyonayor de Thulé » ou a une « propulsion tachyonique » ou à une « énergie libre tachyonique » sont une légende. Ses affirmations du bulgare Vladimir Terziski qui proviendraient des archives de la SS nazie sont fausses. Il prend ses désirs pour des réalités (Kevin McClure, The Nazi UFO Mythos : An Investigation)

Hans Coler Generator

Conclusion

Le programme spatial secret de la Vril Gesellshaft a réalisé de surprenantes avancées technologiques en à peine une vingtaine d’années sous l’œil ‘noir’ du DHVSS.

Alors que dès 1943, les efforts de guerre du 3ème Reich s’effondrèrent, la division E-IV continua ses recherches et réalisa des prouesses technologiques et aérodynamiques, gardés secrètes. Toutes ces solutions technologiques furent intégrés au sein du quatrième Reich qui continua à agir dans l’ombre jusqu’à nos jours.

Afin de dissimuler ses programmes secrets du Vril, il fût crée la légende que le cercle intérieur de Thulé, la Vrill Geisellshaft, n’était qu’une activité théosophique influencée par la Golden Dawn (Nazisme et Ésotérisme d’Ernesto Milá). Par ce manège, on fit croire que cette dernière n’était autre qu’une organisation ésotérique et mystique, donc sans aucune espèce d’importance.

L’agenda des Bruder des Lichts (‘Fraternité de la lumière’) fût conçu dans ses moindres détails dès la fin du 19ème siècle (Congrès de Venise). Il prévoyait d’ores et déjà la succession de trois guerres mondiales, deux ayant eu lieu au 20ème siecle, auquelles succédaient avant le milieu du 21ème siècle, une dictature mondiale dirigée par un faux messie lui-même hybride.

L’avènement de ce règne est annoncé par toutes les prophéties authentiques de l’humanité. Cet imposteur porte de multiples noms dans les differentes traditions culturelles : ‘maitreya’ en Orient, ‘antéchrist’ en Occident.

Depuis la fin du 19ème siècle, tout fût mis en place pour favoriser l’émergence de ce règne :
- le positivisme d’Auguste Comte remplaça Dieu par la science. On ne prie plus Dieu mais un laboratoire.
- le socialisme de Marx et Engels changea la destinée humaine en tuant Dieu, réduisant la religion à l’opium du peuple masquant les rapports de classe préexistants : Dieu n’est qu’une fatale illusion à détruire d’office pour l’avènement d’une société sans classe, le communisme.
- le républicanisme qui prend ses racines à la déesse Raison, cher à Robespierre du siècle des ‘Lumières’, pour aboutir à un modèle de société qui proscrit dans son idéal la religion chrétienne en le rendant universel. Toute culture nationale est dès lors éradiquée sous le rouleau compresseur jacobin.
- les théories atomistes en physique ou les théories eugénistes et évolutionnistes dans les sciences du vivant, remplacent la création par l’évolution des espèces laissant le hasard triompher de Dieu. Dans ses théories se resserre l’étau d’un homme sans finalité, livré à lui-même, dénué de sens tout comme l’Univers.
Le réductionnisme à réduit toute question au ‘comment’ en supprimant le ‘pourquoi’ des choses sur l’Univers.

Europe nazie

Au 20ème siècle, l’émergence des totalitarismes (stalinisme, nazisme, maoïsme, etc.) à renforcé ces mouvements d’éradication de la religion chrétienne. En effet, ce sont des idéologies messianiques qui cultivent de fausses idoles : le culte de la personnalité, l’état roi, l’homme nouveau et l’aliénation de l’individu.

L’idéologie capitaliste avec le culte de l’argent roi à soumis l’homme au lucre tout puissant devenu un dieu (‘Mamon’) et réduit l’homme à un simple numéro de compte en banque. Ce système fausse les relations humaines et inverse les systèmes de valeurs.

D’un autre côté, l’émergence des techno-sciences jusqu’au transhumanisme dénature l’homme et le privent de sens.
L’homme réduit à lui-même n’est qu’un spectre bon à être ‘cloné’ et ‘amélioré’.

Bâtiment 4eme Reich

Toutes ces hérésies idéologiques ne sont autres que des instruments au service d’un individualisme forcenée qui affaiblissent le système immunitaire de l’homme et diminuent ses fréquences spirituelles préparant l’avènement de l’Antéchrist.

http://clearlook.unblog.fr/2019/09/07/les-racines-du-totalitarisme-lagenda-21-et-lagenda-2030/

De toutes les idéologies mortifères à l’Antéchrist, il n’y a qu’un pas et il est franchi.

Cordialement,

  • Grand Master Trump

    Trump aïķidoka

    Trump aïķidoka Un président posé, serein, qui va droit au but. Voilà ce que montre cette i…
  • Mass medias

    La marque de l’État profond

    La marque de l’État profond. La marque de l’État profond La marque de l’…
  • Propulsion

    Le dessous des cartes

    Space X : A Deep Space Winner et… Deep State Killer.   Dossier en 5 parties Som…
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clearlook
  • Grand Master Trump

    Trump aïķidoka

    Trump aïķidoka Un président posé, serein, qui va droit au but. Voilà ce que montre cette i…
  • Mass medias

    La marque de l’État profond

    La marque de l’État profond. La marque de l’État profond La marque de l’…
  • Propulsion

    Le dessous des cartes

    Space X : A Deep Space Winner et… Deep State Killer.   Dossier en 5 parties Som…
Charger d'autres écrits dans Deep State
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Goutte Q n°3900 Storm et Justice

Goutte Q n°3900 Storm et Justice Q a posté un message particulièrement intéressant aujourd…