Accueil Deep State Nicolas Berggruen, dans les coulisses de la Cabale

Nicolas Berggruen, dans les coulisses de la Cabale

Commentaires fermés
0
594
Nicolas Berggruen

Nicolas Berggruen, dans les coulisses de la Cabale

Introduction

Que diriez-vous d’un homme qui est à la fois un des plus proches financiers et conseiller occulte des campagnes d’Obama et de la campagne de Macron ?

Insensé ? Impensable ? Improbable ?
Non, cet homme est Nicolas Berggruen.

Par son argent, il tire les fils des marionnettes du pouvoir…

A sa guise ? Détrompez-vous.

Alors dans quel intérêt ?

Nous allons montrer qu’il est l’une des courroie clé entre la Cabale (‘Etat profond’), Obama (‘Antéchrist’) et Macron (‘Jupiter’).

Macron, 24ème degré maçonnique et 2ème degré Illuminati, rappelons-le, incarne le fils spirituel du baron français Rothschild, 33ème degré Illuminati, à qui il a voué allégeance et servilité. Financé pendant 4 ans par la banque d’affaires, Rothschild & Cie, cette dernière appartenant au baron de Rothschild, tout comme Bank of America, il poursuit dans une course effrénée la politique attendue par la banque Atlantiste et Mondialiste.

Derrière Macron se déploie activement un petit monde de gens influents, une cohorte de personnes du même cercle dont Nicolas Berggruen.

http://clearlook.unblog.fr/2019/03/29/le-deep-state-francais/

https://www.capital.fr/entreprises-marches/attention-a-ne-pas-confondre-rothschild-et-rothschild-1135273

Qui est Nicolas Berggruen ?

« Nicolas Berggruen essaye de devenir à sa manière ce qu’est Georges Soros : un homme d’État sans État. Dans la vie politique, il y a le pouvoir et l’influence. Berggruen veut être du côté de l’influence » déclare à son propos Alain Minc, homme de l’ombre habitué des cercles du pouvoir incarnant l’idéologie sociale-libérale.

« Nicolas Berggruen a toujours été un pilier des forums économiques comme celui de Davos. Il a toujours été proche des leaders européens, notamment allemands et français. [...] Nos discussions sont très libres parce qu’elles sont confidentielles. On évoque des grands sujets comme la technologie, l’avenir de l’intelligence artificielle, la biotechnologie, les États-Unis, la Chine et l’Afrique. Ça sert évidemment à influencer les choses, étant entendu que le pouvoir c’est l’influence plus les emmerdements, et que l’influence c’est le pouvoir sans les emmerdements » complète Pascal Lamy, l’ami des années 80 lorsqu’il était directeur de cabinet du président de la Commission européenne, Jacques Delors, et ancien directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce.

« Nicolas Berggruen, financier vautour » le qualifie, sans ambage, le magazine Forbes en mars 2009.

A ces quelques citations, vous cernez d’office le personnage : homme d’influence, trésorier du pouvoir, captateur de richesse.

Nicolas_Berggruen Global governance

Son écho se propage lorsque Sylvie Goulard, la ministre de la Défense du premier gouvernement Philippe en 2017, fût visée par une plainte déposée au Parquet national financier par l’association Anticor, le 18 décembre 2019. En effet, elle était consultante à l’Institut Berggruen, un think tank américain alors qu’elle était eurodéputée entre 2009-2017.

https://www.anticor.org/2019/12/18/anticor-porte-plainte-apres-la-revelation-des-liens-entre-sylvie-goulard-et-linstitut-berggruen/

« J’ai rencontré Nicolas Berggruen et son équipe pour la première fois lors d’une conférence Town hall de l’Institut Berggruen organisé à Paris, en mai 2013, qui rassemblait de nombreux ministres et responsables gouvernementaux européens. Ces contacts ont été noués avant ma période de consultante pour l’Institut Berggruen » précise Sylvie Goulard, présentée à Berggruen par Mario Monti, l’ancien commissaire européen à la concurrence.

Sur plus de deux ans, d’octobre 2013 à janvier 2016, elle reçu entre 10 000 et 13 000 euros par mois, soit sur l’ensemble des 27 mois entre 324 000 à 350 000 euros. Somme coquette lorsqu’il s’agit de promouvoir l’idée européenne, idéal par nature…Gratuit !

https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-24-juin-2017

https://www.liberation.fr/checknews/2019/09/03/que-faisait-sylvie-goulard-pour-etre-payee-12-000-euros-par-mois-par-un-think-tank-americain_1748083

https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/14/combien-gagne-sylvie-goulard-a-la-banque-de-france_1757463

https://www.challenges.fr/monde/europe/exclusif-la-lettre-du-financier-milliardaire-nicolas-berggruen-pour-defendre-sylvie-goulard-au-parlement-europeen_678134

Sylvie et Ursula

Retour d’ascenseur, c’est à elle que le président français Emmanuel Macron pense, pour sa candidature à la tête de la Commission Européenne. N’oubliez pas que Nicolas Berggruen était l’un des principaux soutiens financiers de Macron pour sa campagne de 2017 (dossiers MacronLeaks). Conflit d’intérêt majeur s’il en est.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-enquete-de-secrets-d-info/l-enquete-de-secrets-d-info-10-janvier-2020

Nicolas Berggruen est au centre des connexions du Deep State.

En 2014, il est l’un des invités au Bilderberg de Copenhague. Ce célèbre club ultra-fermé, depuis sa création réunit les personnalités les plus influentes du monde, tous sans exception inféodés au Deep State mondial. Présidé par le comte Henry de La Croix de Castries, mondialiste, président du très influent think tank ultra-libéral Institut Montaigne, c’est à ce sommet que Macron est recruté pour être propulsé dans les arcanes du pouvoir jupitérien, car on voit en lui un homme capable de contrer les syndicats et d’infléchir la politique économique et industrielle de la France. En bref, servir les intérêts mondialistes du Deep State Européen.

Cette année-là le destin de la France est scellé pour les années à venir. Tout ce petit cercle, peu connu du public et à la solde de l’État profond français agissait dès lors dans les coulisses du pouvoir.

Pour compléter ce portrait, précisons ici que Nicolas Berggruen est un agent mondialiste, philantro-capitaliste et milliardaire, comme le sont Georges Soros, Warren Buffet ou Bill Gates.

Âgé de 58 ans, sa fortune est estimée à environ 2 milliards de dollars par Forbes. Surnommé par les américains le ‘Soros californien’, il a financé les campagnes électorales de plusieurs démocrates américains entre autre : le sénateur de New York, Chuck Schumer et l’ancien président Obama. En effet, il est maintenant porté au public que le parti démocrate américain sert activement les intérêts du Deep State.

Berggruen et Obama

Au même titre que Georges Soros ou Joseph Oughourlian, ils partagent le même sport de classe, à savoir la fraude fiscale, pardon l’optimisation fiscale… terme utilisée pour camoufler habilement la délinquance des plus riches. Officiellement au service de grandes causes, comme l’idéal européen ou même la justice sociale ou celle des immigrés, en catimini ils gardent leurs sous bien au chaud, plus encore ils les font fructifier sur des paradis fiscaux. Mieux encore, ils sont emplis d’un sentiment d’impunité.

En réalité, ces exécuteurs de l’ombre ne sont rien d’autre que des assassins financiers.

http://clearlook.unblog.fr/2019/04/22/soros-maitre-chanteur/

https://www.forbes.com/profile/nicolas-berggruen/#4d5bddc326a3

On touche du doigt ici un vaste système inhérent au monde de l’argent : il n’y a pas d’autres valeurs que celle des profits pratiqués tel un œcuménisme financier de bon aloi car dans les affaires il faut savoir utiliser les compétences quelque soit leurs origines.

C’est le libéralisme sans foi ni loi, qui induit un laxisme collectif, un laxisme à l’origine de délocalisations et de licenciements boursiers.

Ce social-liberalisme est à l’origine d’une immense casse sociale : vie jetable et existence sacrifiée des classes populaires et moyennes.

Pour connaître davantage le processus de casse sociale orchestrée par une vaste de privilégiés, voir l’enquête de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, dans leur livre intitulé La violence des riches.

Oui Nicolas Berggruen est bel et bien un assassin financier, homme d’influence à la solde du Deep State.

Narcisse boy

Le fossoyeur des démocraties occidentales.

La liste des clubs de pouvoir auquel Nicolas Berggruen appartient témoigne de son influence déterminante dans les coulisses du Deep State.

En effet, il est membre du CFR (‘Council on Foreign Relations’), qui n’est autre qu’un des six fers de lance de la structure politique occulte : la Table Ronde au service du Nouvel Ordre Mondial.

http://clearlook.unblog.fr/2019/09/07/les-racines-du-totalitarisme-lagenda-21-et-lagenda-2030/

http://clearlook.unblog.fr/2019/11/11/le-rechauffement-climatique-part-en-fumee/

Il est également membre du Brookings International Advisory Council, directeur du conseil d’administration du Pacific Council on International Policy, du Foro Iberoamericano, du Commission on Global Ethics and Citizenship, présidé par l’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown.

Ces clubs de prestige réservés à l’élite que fréquente assidûment Nicolas Berggruen montre qu’il est partout, dans toutes les sphères où se décide l’avenir des États-nations fusionnées.

Il écrira à ce propos un livre intitulé Gouverner au 21ème siècle : la voie du milieu entre l’Est et l’Ouest, publié chez Fayard en 2013 qui analyse la gouvernance politique mondiale. Cet ouvrage fût remarqué par le Financial Times, qui le déclara dans ses colonnes comme l’un de leurs meilleurs livres en 2012. Cette distinction est significative, et montre bien que Nicolas Berggruen est inhérent au cercle de l’état intérieur.

Nicolas Berggruen appelle de tous ses vœux à réformer les démocraties qu’il juge en crise pour les remplacer par une nouvelle gouvernance mondiale technocratique : en trois mots, le gouvernement des experts.

Le libéralisme mondialisé aime mettre encourager des solutions alternatives à la démocratie en expliquant aux citoyens qu’il convient d’appliquer le diktat des experts qui financent le système, c’est-à-dire servir le dieu du marché au nom du réalisme économique, tout en oubliant de mentionner que ce système favorise l’endettement du peuple.

D’une manière quasi humaine, il déclarera, le 2 décembre 2019, de ses bureaux de Los Angeles : « Voilà sur quoi on travaille : les transformations de l’être humain. De grandes questions pour l’Humanité. Où allons-nous ? Qui sommes-nous ? Que voulons-nous devenir ? [...] Il faut être ambitieux, si on veut changer les choses [...].le capitalisme numérique appelle un nouveau contrat social ».

En effet, ce technocratisme prôné par Nicolas Berggruen vise en apparence l’épanouissement personnel, objectif affiché du nouveau contrat social. Promesses pour le peuple pour mieux noyer ses oppositions. Tout en revendiquant un pragmatisme économique, il défend que l’individu doit s’émanciper en réussissant, en s’extirpant de sa condition d’origine et pour cela doit s’enrichir. On reconnait là, dans ses idées, tous les thèmes philosophiques développés par l’économiste libéral hétérodoxe, autrichien, Joseph Schumpeter du 19ème siècle : pour ce théoricien, les révolutions industrielles s’expliquent par la destruction créatrice de l’ancien monde pour promouvoir des grappes d’innovation mis en place par l’entrepreneur, idéal type de la croissance économique.
Dès lors, l’innovation et la technique sont les principaux moteurs du progrès et l’individu n’est autre qu’un entrepreneur en puissance.
Le progressisme de Berggruen ne prône pas le progrès collectif mais individuel soumis aux lois du marché tout-puissant dans le champ social et politique.

En effet, tel un faux-prophète il propage les idées de l’économie libérale mondialisée. Pour que l’homme se transforme, pour qu’il réussisse individuellement, il doit calquer son âme sur l’esprit d’entrepreneuriat et stimuler la compétition et le rendement optimisé permettant une meilleure allocation des ressources. Et pour cela, afin de s’émanciper, ce dernier doit s’appuyer sur la déconstruction identitaire et la célébration de la diversité, chemin le conduisant vers l’universel.

Vous l’aurez compris, Nicolas Berggruen est un faux-prophète de l’économie capitaliste libérale mondialisée, qui ne remettra jamais en cause le déterminisme de la mondialisation qui s’accommode parfaitement de l’épanouissement personnel.

Berggruen et Macron

On reconnaît là, toutes les origines de la pensée macroniste : convaincu que les Nations sont incapables de régler les problèmes mondiaux, de l’absence d’identité culturelle, et que les États nations ne sont qu’un frein à davantage d’intégration économique et à la survie des entreprises, on remet en cause la souveraineté de notre nation sacrifiée sur l’autel du village mondial. On forge ainsi la croyance en une souveraineté européenne, vaste fantasme (voir le discours de Macron sur l’Europe d’Athènes le 7 septembre 2017).

Jamais un président n’avait osé valider l’effacement de la nation au nom d’une métamorphose de l’identité ! Et cela pour assurer la survie de l’individu dans l’économie mondialisée.

Cette idéologie, leur projet, constitue la racine des discours faussement prophètiques car à la poursuite d’une idole, le dieu argent et son corollaire le marché. L’homme est tenu responsable de tous les maux et non le système mondialisé. Dès lors l’individu porte l’échec sur ses épaules comme en témoigne le réchauffement climatique, la crise économique ou encore le chômage.

Mais posez-vous la question suivante, où se trouve la cohérence du tout marché dans une planète mondialisée, a l’origine d’un nouveau contrat social, lorsqu’on multiplie les placements des capitaux dans les paradis fiscaux ? Il n’y en a pas.

https://mobile.francetvinfo.fr/economie/impots/paradis-fiscaux/paradis-fiscaux-la-france-ajoute-anguilla-iles-vierges-bahamas-et-seychelles-a-sa-liste-noire_3726207.html

https://www.franceinter.fr/la-galaxie-offshore-de-nicolas-berggruen

L’Institut Berggruen.

Financier excentrique, Nicolas Berggruen est un homme d’affaires. Son fond de pension Berggruen Holdings qu’il fonde et préside réalise des investissements immobiliers et financiers partout sur terre. Actionnaire majoritaire du premier groupe de médias espagnol Prisa, ce vautour des médias et des idées est présent dans 23 pays et détient entre autre 15 % du groupe Le Monde où d’après les révélations de Mediapart, M. Berggruen siège au conseil d’administration. On peine à comprendre la discrétion du journal de référence sur un si prestigieux compagnonnage.

http://www.berggruenholdings.com/

Cet homme d’affaires fonde également l’Institut Berggruen, think tank américain engagé dans la mise en œuvre de nouveaux modèles de gouvernement relevant les défis mondiaux 21ème siècle.

https://www.berggruen.org/

Alors que ce think tank n’exerce qu’une influence médiocre aux États-Unis, ses contrats d’analyses politico-financières sont signés avec l’Élysée.

Carte sur table : Nicolas Berggruen est aux ordres du Baron français de Rothschild. Il agit pour lui, dans les coulisses du gouvernement français et américain.

Prenez conscience de ce fait : pourquoi cet ancien collaborateur d’Obama, qui plus est l’un des plus proches, agissant sans jamais être exposé, se retrouve à financer la campagne de Macron et à le conseiller ? En effet, on estime qu’il est l’un des trois principaux conseillers de l’ombre de Macron.

Prenez encore conscience de ce fait : saviez-vous que son institut, l’Institut Berggruen, en termes de propriété, appartient à Bank of America Corporation (‘BofA Corp’) qui n’est autre qu’une des banques de Rothschild ?

Cet institut se décline en plusieurs cercles d’influence :

En premier lieu, un premier cercle composé d’américains qui travaillent sur la gouvernance californienne : « la Californie est un bon laboratoire pour rénover la démocratie » confiera Nicolas Berggrue dans un entretien accordé Nouvel Économiste.

Baptisé Think Long Committee for California, on y retrouve entre autre personnalités clefs l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, ou l’ex-secrétaire d’État de l’administration Bush, Condolezza Rice.

https://www.berggruen.org/work/the-future-of-democracy/think-long-california/

Par ailleurs, le deuxième cercle est composé d’eurocrates qui travaillent sur la gouvernance européenne et son unification. Baptisé Conseil pour le futur de l’Europe, en sont membres tous les anciens responsables européens sociaux-démocrates comme Tony Blair, Jacques Delors, Alain Minc, Mario Monti, Guy Verhofstadt, Gerhardt Schröder, Felipe González ou Carl Bildt. Les économistes font également partie de ce Conseil tels Jean Pisani-Ferry, un proche d’Emmanuel Macron ou encore Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie.

Ce think tank influence directement le pouvoir en place. En effet, il conseille en effet plusieurs ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, dont le ministre du Travail Michel Sapin, le ministre des Finances Pierre Moscovici, l’ancien Premier ministre François Fillon, le président du Parlement européen Martin Schulz, des ministres allemands tels le ministre des Finances Wolfgang Schaüble et Ursula von der Leyen future présidente de la Commission européenne alors ministre du Travail et des Affaires sociales, tout comme le président de la République, François Hollande.

https://www.berggruen.org/work/the-future-of-democracy/council-for-the-future-of-europe/

Entre amis

Les complices : Ursula Von der Leyen avec George Soros et Nicolas Berggruen

En dernier lieu, le troisième cercle, baptisé Conseil du 21ème siècle rassemble d’autres personnalités de premier plan qui s’ajoute à celles déjà membres du Conseil pour le futur de l’Europe, telles l’ancien président Nicolas Sarkozy, le réalisateur James Cameron, le patron de Space X et de Tesla Elon Musk, le PDG de Free Xavier Niel, ou l’ancien directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce Pascal Lamy.

https://www.berggruen.org/work/21st-century-council/

La plupart de ces noms figurent également au conseil d’administration de TheWorldPost, un canal d’expression clé de l’État profond, lequel appartient à Berggruen et à Arianna Huffington.
Ce portail sert en réalité à véhiculer les opinions et les contributions de célébrités affiliés au Deep State comme l’ancien président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, le philanthrope et fondateur de Microsoft Bill Gates ou encore le Dalaï Lama. Un bon coup de com’ pour les idées de la Cabale, ça soulage.

Nicolas et Ariana

Parmi les personnalités qui intégreront le comité de rédaction de TheWorldPost, on trouve Juan Luis Cebrián, président du groupe Prisa, rédacteur en chef du journal El País, Eric Schmitd, ancien PDG de Google, ou Pierre Omidyar, fondateur du portail e-commerce d’eBay.

En plus de ses différents cercles, l’Institut Berggruen affiche une liste de membres et conseillers dont Jacques Attali, homme de l’ombre éminemment influent depuis Mitterrand et rabateur de jeunes pouces (couple Royal-Hollande au cabinet de Mitterrand et Macron à la banque Rothschild), et Luc Ferry, l’ancien ministre de l’éducation nationale, ainsi que Bernard-Henri Lévy, philosophe millionaire et personnage incontournable de la vie politique française depuis 30 ans.

Cette quirielle d’hommes de l’ombre hante le pouvoir depuis 30 ans et se renouvelle à l’identique quel que soit les soubresauts de la politique française. Ils sont les éminences grises qui gouvernent la France depuis trois décennies.

Connections

De l’autre côté de l’Atlantique, la conjecture récente de l’Institut Berggruen avec la Fondation Obama (apparentée à la Fondation Clinton) scelle les pans d’une nouvelle architecture de la gouvernance mondiale. Le but n’est rien d’autre que garantir un contrôle absolu sur les résultats électoraux des deux cotés de l’Atlantique et ainsi pérenniser le village global.

https://www.berggruen.org/activity/obama-foundation/

https://www.berggruen.org/activity/the-trans-atlantic-commission-on-election-integrity/

Dawn et Obama

N’oubliez pas que ces cercles élaborent méticuleusement le plan sur le long terme, celui de la destruction des institutions traditionnelles dans le monde entier et pousse l’islam radical à se propager en Europe, aux États-Unis et dans le monde. Les solutions qu’ils proposent sont opiacées.

Il est à noter au passage que le prix Berggruen 2019 « pour la philosophie et la culture » d’un million de dollars à été remis à la juge de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg, farouche opposante de Trump. Il est connu que, celle surnommée ‘Notorious RBG’, qui crache à l’esprit du premier amendement représente à elle seule une pensée qui « ont profondément façonné la compréhension humaine et l’évolution de l’humanité ».

https://fr.timesofisrael.com/ruth-bader-ginsburg-recompensee-par-un-prix-de-1-million-de-dollars/

Lui discerner ce prix est tout autant crapuleux et vicieux que discerner le prix Nobel de la paix à Obama. Tiens donc ?

https://www.lesinfluences.fr/Nicolas-Berggruen-le.html

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Qui-est-Nicolas-Berggruen-le-milliardaire-germano-americain-qui-a-finance-Sylvie-Goulard-46504.html

La descente aux enfers : de la philanthropie au satanisme.

En 2010, Nicolas Berggruen rejoint la campagne initiée par Warren Buffet et Bill Gates dont l’objectif est d’encourager les grosses fortunes à donner leur argent pour des actions philanthropiques.

De son nom The Giving Pledge, n’est rien d’autre qu’un simple outil de communication permettant de nourrir l’image de gentilles âmes charitables alors que leur but n’est autre que préserver coûte que coûte le système qui les enrichit. Grâce à cet outil, ils se dorent une image de philanthropes tout en possédant la quasi-totalité des richesses mondiales.
Pour davantage d’informations à ce sujet, se référer au livre-enquête de Lionel Astruc.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-16-mars-2019

On peut s’interroger sur la nature réelle de ces philantro-capitalistes lorsqu’on apprent que la plupart d’entre eux figurent dans les carnets noirs du milliardaire pédophile Epstein. Besoin de se ressourcer au temple de la sodomie ? Besoin de faire le plein d’énergie sacrificiels ?

Epstein connection

Bien évidemment, cela ne prouve pas que M. Berggruen était lui-même pédophile, cependant il était très certainement au courant des pratiques pedo-satanistes d’Epstein et de biens d’autres dont très certainement le baron de Rothschild dont le nom figure également.

Conclusion

Nicolas Berggruen est un prophète du Deep State, et par la même un faux prophète. N’en doutons pas, il veut réformer les démocraties afin de les substituer en une gouvernance mondialisée ultra-libérale. Ceux qui pensent comme lui sont les architectes du Nouvel Ordre Mondial.

Lui-même, cela est révélé ici, est l’un des hommes du DHVSS, l’Ordre des chevaliers du Soleil Noir et de la noblesse noir, murmurant aux oreilles des présidents.

http://clearlook.unblog.fr/2020/01/15/loeil-de-munich-et-les-racines-occultes-du-nazisme/

Vous comprenez à présent comment Rothschild opère aussi bien aux États-Unis qu’en France, siège occulte spirituel de la Fraternité.

Des agents d’influence sont distillés dans les coulisses pour prêcher l’évangile de Rothschild et des Olympiens.

http://clearlook.unblog.fr/2019/12/09/les-racines-du-mal/

Croyez-vous que c’est un hasard si Emmanuel Macron se qualifie lui-même de Jupiter, sobriquet repris par les médias, chiens de garde du pouvoir ? Croyez-vous qu’il s’agisse d’un hasard si après son séjour à la banque de Rothschild il est propulsé à l’Élysée et conseillé dans l’ombre par Berggruen jusqu’à son élection ?

Macron Rothschild

La marche inéluctable du Nouvel Ordre Mondial est dès lors forcée depuis son élection en 2017, expliquant largement les foyers d’implosion sociale là et là.

Le diktat du lucre tout puissant ne trouve son accomplissement, comme dans tout totalitarisme, qu’avec la servitude volontaire d’hommes nouveaux qu’on peut baptiser les macronistes islamo-gauchistes, tous en marche.

D’un côté, ce sont des socialistes dans l’application de solutions libérales de la Droite des années 1990, réformant le pays pour l’adapter à une mondialisation socialo-libérale (‘sociaux-democrates’) renouvelée et perméable à l’islamisation du pays.

De l’autre côté, ce sont des macronistes ayant une sensibilité mystique à la politique inféodée au Capital et adeptes d’une méritocratie et d’une technocratie qui aliène l’homme l’enchaînant dans un système de normes : compétitivité, rentabilité, performance.

Comme le décrit avec brio Julien Aubert dans son ouvrage intitulé Emmanuel le faux-prophète, publié aux éditions du Rocher en 2019, ces êtres symbolisent des Janus, des êtres à deux visages.

A l’opposé, de l’autre côté de l’Atlantique, le soleil se lève sur un pays prospère, un pays qui a fait fi de tous les dogmes ultralibéraux et de la mondialisation à tout va. Le résultat est là : une économie florissante, un chômage à son plus bas niveau grâce à une politique protectionniste préservant les intérêts du pays.

L’auteur de cette politique aux États-Unis ? Le président Trump. Tel un Juge biblique, ayant dans son humilité reçu un appel céleste, il se dévoue pour redresser son pays en proie à la misère et à la déshérence car il se vouait au culte de fausses idoles. Et en tant que Juge biblique, il détruit l’influence nocive des faux-prophètes à l’origine de tous ces maux.

L’heure des moissons arrive et sonne le glas des faux prophètes.

Cordialement,

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clearlook
Charger d'autres écrits dans Deep State
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Les racines du Mal

Les racines du Mal L’histoire de nos civilisations est un puzzle dont il vous appart…